Augmentation mammaire val de marne 51

• mieux connaître les matières premiè­res qu'elles traitent et leur évolution L'espoi r et le désir des Directeurs de a u cours des processus technologi­ cett e Collection est qu'elle soit lue tout que s ; d'abor d dans le mond e francophone, en Europe , en Afrique, en Asie, en Améri • maîtriser leurs approvisionnements ; que , mais également dans les pays de langue s latines voisines (espagnol, por • assurer leur rentabilité et optimiser tugais , italien) et tout particulièrement leur s coûts de production ; dan s les nombreux pays en voie de • satisfaire une clientèle très diversifiée développement , de culture française ; a u niveau des types de consomma­ mai s ils croient également que de nom tion , en respectant une qualité nutri- breu x pays pratiquant moins aisément tionnelle , hygiénique et parfois diété- la langue française, seront intéressés tiqu e ; car l'objectif qualité-santé est par de telles publications qui constituent l'u n des grands axes de leur déve­ un e base de réflexion, et peuvent être loppement . Centre National de Coordination des Etudes et Recherches sur Directeur du CIRDC (Centre International la Nutrition et l'Alimentation de Recherches Daniel Carassol-BSN. Payer le producteur • Connaître la matière 3 Fabrications de tomates pelées 511 première. LA CONSERVE APPERTISÉE ASPECTS SCIENTIFIQUES, TECHNIQUES ET ÉCONOMIQUES J . Cett e industrie agro-alimentaire est très diverse , structurée en branches particu­lières, liée à une matière première ou à Le principe retenu est celui de traités un ensemble de matières premières agri- collectif s placés sous la responsabilité cole s chacune : d'u n coordonnateur. 78350 JOUY EN JOSAS Tel (1) 34 65 20 91 I N A P G Contrôleur Général des Services Vétérinai­1 6, rue Claude Bernard res Directeur du C. produits alimentaires appertisés 419 2 Technologie: opérations non spéci­1 Introduction 41Généralités • Structures utilisées. 420 • Remplissage - jutage • Sertissage et Généralités • Structure multicouches • Autre fermeture • Pasteurisation et pasteurisateurs. 3 Technologie: opérations spécifiques 3 Réalisation des emballages 425 Emballage à structure multicouches • Emballa­ à certains fruits 484 ges formés par une seule matière plastique. Le calibreur à bandes • Le calibreur à trous 5 Conditions d'utilisation et choix des • Le à barreaux amovibles • Le boîtes 394 calibreur à rouleaux. (Centre F 75231 PARIS Cedex 05 National d'Etudes et de Recherches pour Tél. pots industriels en verres et des cap­9 Le jutage 462 sules métalliques 406 Mage manuel • Jutage mécanique • Jutage Transports et stockage des pots vides et des sous vide. COLLECTIO N SCIENCES ET TECHNIQUES AGRO-ALIMENTAIRES Sous l'égide de l'Association pour la Promotion Industrie-Agriculture et sous le haut patronage du Ministère de la Recherche et de la Technologie et du Ministère de l'Agriculture et des Forêts L'APRI A (Association pour la Promotion recherche , dans les entreprises, doit, Industrie-Agriculture ) a lancé, sous son pou r se divulguer, passer par l'informa­égid e et en coédition avec les éditions tion . (Ecole Nationale du Génie Rural et des Eaux ès Sciences. (1) 43 37 15 50 l'Alimentation Collective) Laboratoire des Services Vétérinaires (Direction de la Qua­CM . capsules • Mise en œuvre des pots vides et 10 Les transferts dans l'usine 463 • Remplissage • Fermeture • Marqua­Transferts horizontaux • Transfoerts verti­ge • Lavage des pots pleins • Traitements caux. Emboîtage manuel • Emboîtage volumétrique • Emboîtage par pesée • Emboîtage par 2 Recommandations d'utilisation des SOLBERN ou NICO. Partie 6 - Les récipients 379 3 Satisfaction des consommateurs. 2 Les matériaux2 Matériaux à base d'acier • Aluminium • Revête­• Chapitre 13 ments organiques • Conformité à la réglemen­Les légumes 327 tation sur les matériaux en contact avec les ali­1 Une production singularisée 32ments XX Table des matières Stockage non réalisable •Stockage en tas 3 Les techniques de fabrication 385 • Stockage en chambres froides • Stockage Boîte • 3 pièces » • Boites « 2 pièces » • Cou­de produits déjà transformés. 3 Le nettoyage-lavage 439 4 Les différentes boîtes 392 Le nettoyage • Le lavage. MERCIER Nationale de Médecine Néeen 1934 Docteur ès Sciences Direc Ancien directeur du C. 575 duits de la mer 521 7 Conditionnement 575 1 Avant-propos2 La production Les moyens • Le niveau de production. La Collection est placée sous la respon sabilit é scientifique d'un Directoire Mai s toutes ces industries ont égale­ d'éminent s spécialistes, et les Direc­men t entre elles des points commun s ; teurs de la Collection peuvent être pour elles doivent : vou s des interlocuteurs privilégiés. 11, rue de Bou lain vi Hier s Directeur Scientifique de B. (1) 42 99 10 10 seui consultant a IE N S I A (Ecole Natio Né en 1942 Ingénieur du Génie Chimique nale Supérieure des Industries Agricoles et E NSI. 5 Durabilité et perméabilité 431 • Chapitre 21 6 Evolution2 Conserves de tomates7 1 Matières premières et approvision­nement des usines 498 Variétés • Plantation ou semis direct • Conduite de la culture • Récotte. 435 2 Fabrication des purées et concen­trés 504 Schéma d'une ligne -concentre • • Lavage-• Chapitre 19 triage • Broyage • Préchauffage ou 'break-Transformation des légumes 437 • Raffinage • Concentration • Conditionnement 1 La réception desset stabilisation.

pay s d'avant-garde dans le domaine agro-alimentaire , est particulièrement bie n placée géographiquement pour Cett e Collection s'adresse donc à un trè s vaste public scientifique et techni développe r une politique dynamique dan s ce domaine, non seulement sur un qu e à qui il est primordial de faire con­pla n national, mais aussi à travers le naître la science et la technologie agro-mond e où elle se trouv e historiquement alimentaires françaises, dont la Collec­engagée . FLANZY Néen 1937 Docteur ès Sciences Ancien Né en 1929 Ingénieur EN S IA élève de l'Institut d'Etudes Supérieures Directeur de Recherches â l'INRA Direc d'Industrie et d'Economie laitière teurdu C N E. Expert en Cassation Membre du 11, rue Jean-Nicot Conseil Supérieur d'Hygiène Publique de de la F 750O7 PARIS France Lauréat de l'Académie de Tel (11 42 75 93 24 Médecine Collection CIRD C A. 2 Les stockages intermédiaires 439 XXI Table des matières 4 Critères qualitatifs des produits finis 516 1 Manutention des boîtes ou bocaux Normes en vigueur • Mesure de la couleur pleins 570 • Consistance et viscosité • Mesure de findice 2 Palettes de manutention en usine .. 3 Palettiseurs de boîtes pleines 571 5 Conclusion 518 Formation des couches • Transfert des couches sur la palette. Résistance aux contraintes mécaniques 5 Le pelage et l'éboutage 445 • Comptabilité contenant-contenu : durabilké, Le pelage • L'éboutage. 6 La découpe7 6 L'avenir de l'emballage métallique.. 399 Découpe à la hauteur de la boite • Découpe Evolution de la consommation • Evolution des en morceaux • Découpe en cubes ou emballages parallélépipèdes • long ou en biais... • Chapitre 17 7 Le blanchiment 449 Objectifs du blanchiment • Conséquences du Propriétés caractéristiques et mise en blanchiment • Traitement aménagé pour œuvre des emballages en verre 401 légumes particuliers (Blanchiment par 1 Généralités sur les pots industriels en immersion) • Problèmes divers posés par le verre et les capsules métalliques.... Les pots industriels en verre • Les capsules 8 L'emboîtage 459 métalliques. LAROUSSE Coordonnateur apria LA CONSERVE APPERTISÉE Sous l'égide de l'Association COLLECTION pour la Promotion industrie-Agriculture et sous le hau t patronage SCIENCES $ TECHNIQUES du Ministère de la Recherche et d e la Technologie AGRO-ALIMENTAIRES et d ue d e l'Agriculture et des Forêts LA CONSERVE APPERTISÉE Aspects scientifiques techniques et économiques J. Ce système pré­sent e un inconvénient, celui d'une • industries d'amont ou d'aval ou fabri moin s grande homogénéité de style et can t des produits intermédiaires ; d e présentation que dans le cas d'un • industries puissantes, diversifiées, auteu r unique '; mais offre un double moyenne s ou petites ayant des acti­ avantage , celui de la meilleure compé­vité s internationales, nationales ou tence , chaque chapitre étant écrit par régionale s ; u n spécialiste confirmé, et celui de la rapidit é de la réalisation. fiques 475 Opérations préliminaires • Les sirops de jutage 2 Les matières plastiques utilisées.. Conserve de cerises • Conserves d'abricots • Conserves de pêches • de poires 4 Remplissage, fermeture et traitement • Petits fruits rouges. 3 La distribution3 4 L'industrie de la conserve des pro­ Partie 8 - La stérilisation 579 duits de la mer 525 Matière première - Hygiène et qua­• Chapitre 26 lité5 Le matériel de traitement thermique La matière première - Généralités • Critères pour les opérations de stérilisation.... 1 Introduction 581 6 Emballages utilisés dans l'industrie de Les stérilisateurs, une technologie évolutive la conserve des produits de la mer.. 537 au service de la créativité des conserveurs 7 La stérilisation des produits de la mer 539 • La régulation des appareils • La contre-8 Technologie de la conserve de pro­pression • Les fluides caloporteurs duits de la mer 540 • L'agitation. Le progrès, s'il se réalise dans tion qui porte ce titre veut être l'un des vecteur s privilégiés. FRANÇOIS 1 5, avenue Galilée F 92350 LE PLESSIS ROBINSON Néen 1920 Ingénieur Chimiste de l'Ecole Tel (1) 46 30 22 81 Nationale Supérieure de Chimie de Pans Docteur Ingénieur Directeur de Recher ches honoraire à l'INRA Lauréat Je l'Académie des Sciences et de l'Académie Ch . 4 Principe de préhension 572 • Chapitre 22 5 Stockage en magasin4 Technologie des conserves de pro­6 Dépalettiseur de récipients pleins ..


hotshot404      
le point de départ de nombreux déve loppement s et dex échanges La France, pays de tradition, mais aussi internationaux . Expert International Expert près du TGI de C N E R N A Le Directoire Pans. Lavage • Pelage • Emboîtage - jutage • Stabilisation • Autres spécialités.