Sport et non perte de poids

°°° : rien de plus triste que de manger dans une assiette blanche du riz blanc et du poisson blanc sans égayer l’assiette ! Une nutrition vigilante ne peut être QUE « joyeuse » Sinon le « cerveau » va souffrir avec un retentissement psychologique rapide, le sportif arrête alors sa vigilance et reprend 5 kilos « vite fait », et on est parti pour le fameux « yoyo » !Cette précision s’impose car toute prise en charge d’un sportif demande un véritable investissement du coach, du staff sportif, du staff médical, le sportif peut être amené à l’oublier…et trop souvent de mauvaises solutions apportées, avec un retentissement sur la santé physique mais aussi parfois la santé psychologique: « on ne joue pas avec son alimentation », attention danger …Le sportif est déjà soumis à de telles contraintes physiques et psychologiques qu’il n’est pas question d’en ajouter une.°°° En hyper un peu l’alimentation on perd du gras plus facilement ; mais ATTENTION : il faut alors boire plus pour éliminer les « déchets » liés à la dégradation des protéines, et surtout il ne faut pas céder au charme des « diètes protéinées » ; même s’il m’arrive de les mettre en place pour un sportif c’est alors très personnalisé et cadré et la durée de cette diète est courte, soit une semaine continue qui sert alors de « starter » soit une ou deux journées par semaine.°°° Je constate, sur les recueils alimentaires comme sur le terrain que les sportifs ne mangent pas assez de : potage (certains en mangent toute l’année ou presque, pourquoi pas, cf.De même que j’ai toujours autorisé un sportif qui « fait bien le métier » au niveau de la nutrition à s’accorder un repas « sympa » une fois par semaine avec des copains ou en famille.

Et si sur un même repas on consomme un légume vert cuit ou des fibres (un fruit, de la compote, un potage) ces fibres « entourent » le sucre des glucides (pâtes, pain, riz etc.) ce qui rend ce sucre plus « lent » et donc moins générateur de transformation en graisse.Je note aussi que beaucoup de sportifs présentent des problèmes de constipation : rien d’étonnant : pas de fibres dans l’alimentation et souvent trop de sucres « rapides » et de boissons sucrées.Sauter des repas c’est aussi s’exposer à des « hypoglycémies » (« fringales ») et le cerveau peut alors « disjoncter » : grignotage inconsidéré, perte de lucidité pour ce grignotage, et si par exemple je ne déjeune pas le matin et que j’ai un entraînement en fin de matinée je m’expose à de sérieux risques de blessures musculaires car mes muscles travailleront sans réserves suffisantes de glucides surtout si je pratique un effort d’intensité élevée. si vous avez bien compris les principes ; par exemple une crêpe au sarrasin fourrée de fromage blanc et de viande maigre ou poisson maigre ou saumon avec quelques olives champignons oignon constitue un bon plat qui associe sucres lents-protéines-fibre-pas de graisse.Toutefois l’énoncé de conseils simples représente un élément pédagogique intéressant.Perdre du gras, quels conseils en nutrition pour perdre de la graisse en prenant du muscle, comment s’affûter, comment maigrir avec l’entrainement sportif, le sport fait-il maigrir, comment sécher, quelles sont les techniques de sèche en musculation, quelles sont les méthodes pour vraiment maigrir, comment maigrir sans perdre du muscle, perdre du poids sans perdre de puissance, atteindre son poids de forme, perdre du poids sans prendre de risques pour sa santé, perdre du poids pour mieux passer les bosses, perdre du poids pour améliorer le rapport poids-puissance, perdre du poids avant un objectif, voilà ; beaucoup de questions, beaucoup de confusion, beaucoup de croyances …


pkpurejb      
Aucune diète protéinée sans suivi médical ; c’est en cela que le médecin nutritionniste se démarque du diététicien même si celui-ci est spécialisé en nutrition du sport car les conséquences peuvent être nuisibles pour la santé comme pour la performance.