Regime ce qu il faut eviter

C’était en janvier, juste après les fêtes de fin d’année et je pesais à l’époque 98 kg. Et si je continuais sur cette voie, je risquais de devenir diabétique dans un futur plus ou moins proche.Il est très proche des régimes Paleo, Dukan ou Atkins, mais je préfère ne pas lui coller d’étiquette.J’ai appris à vivre avec ce surpoids, faute de pouvoir m’en débarrasser.Ce régime, qu’on nomme LCHF (pour “low carb, high good fats”), consiste simplement à supprimer tous les sucres de son alimentation et à manger de la vraie nourriture (“real food”), sans devoir se soucier du gras et des calories et sans devoir peser tout ce qu’on mange.Avant ça, et les gens qui me connaissent depuis très longtemps le confirmeront, j’étais très mince, voire maigre.Hors, ce n’est pas demain la veille que le sucre sera interdit, voire qu’on cessera de le glorifier.Il est également OK de boire des alcools secs comme du whisky, du brandy, de la vodka, etc. J’avoue avoir été très sceptique au début comme vous devez sans doute l’être en ce moment même.Voici la phrase d’accroche du film Fed Up, un documentaire de Stephanie Soechtig sorti récemment dans certaines salles américaines et qui a définitivement confirmé mes nouvelles convictions en matière de nutrition.Cela ne m’a pas trop dérangé jusqu’ici mais très récemment, j’ai commencé à souffrir de vertiges, de fatigue et d’autres symptômes qui devenaient vraiment gênants au jour le jour.S’il vous semble impossible de faire ce régime car pour vous, le croissant du matin est sacré et vous ne vous voyez pas boire un café sans sucre et sans un speculoos pour l’accompagner, vous êtes plus que probablement intoxiqué.J’ai décidé de prendre les choses en main et de faire une prise de sang pour voir ce qui ne tournait pas rond chez moi. Mon médecin, qui est un expert en nutrition, m’a alors conseillé un régime assez inhabituel, et qui a changé pour toujours ma relation avec la nourriture.Comme conséquence heureuse, j’ai aussi perdu du poids. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Gary Taubes, expert en la matière et auteur du livre Gary Taubes est un fervent opposant des régimes faibles en gras. Depuis les années 80, moment où on a pointé l’excès de gras comme étant la raison principale pour laquelle nous devenions gros et malades, et que les produits “light” ont commencé à prendre une place de plus en plus importante dans les rayons des supermarchés, le ratio d’obèses dans la population n’a jamais cessé d’augmenter. Pas tant que ça, et l’industrie agro-alimentaire est sans doute responsable de ce qui nous arrive !En effet, ils se sont rendus compte, à juste titre, que si on enlevait le gras d’un aliment, il devenait beaucoup moins bon. Le plus gros problème du sucre, c’est que c’est très addictif.

Après quelques jours sans sucre, j’ai commencé à me sentir vraiment mieux, à avoir beaucoup plus d’énergie, et plein d’autres problèmes que j’avais avec mon corps se sont résolus comme par magie. La raison scientifique est la suivante : les glucides (sucres au sens large) augmentent les niveaux d’insuline, favorisant le stockage des graisses.Cela fait maintenant une dizaine d’années que je suis un peu plus gros que je ne devrais l’être.Même si je le désigne avec le terme “régime” par facilité d’écriture, c’est beaucoup plus qu’un régime, c’est un changement permanent des habitudes alimentaires. Au niveau boissons, je ne bois plus exclusivement que de l’eau, du vin rouge (avec modération) et du café (parfois avec du beurre pour faire hipster).J’ai toujours aimé la bonne bouffe, mais c’est depuis l’université que mes excès ont commencé à se manifester physiquement.Du coup, pour compenser, et pour redonner de la saveur aux aliments qu’ils vendaient, ils ont décidé de remplacer le gras par du sucre. Même si l’auteur a été souvent décrié, de plus en plus d’études scientifiques récentes corroborent ses hypothèses. Des études ont même prouvé que c’est plus addictif que l’alcool, la cocaïne et l’héroïne.


killerka7      
J’ai vraiment eu du mal à y croire car cela semblait trop beau pour être vrai.