Spondylarthrite ankylosante non évolutive

En général, la maladie se manifeste par des poussées inflammatoires qui régressent pour disparaître complètement.Cependant, grâce aux progrès des traitements et à une meilleure prise en charge des patients, cette évolution est rare et on préfère maintenant parler de « spondylarthrite ».C’est ainsi qu’on a pu identifier les marqueurs de pronostic suivants : - survenue des symptômes après 16 ans ; - absence de raideur de la colonne vertébrale ; - absence d’atteinte périphérique ; - absence d’atteinte de la hanche ; - efficacité des traitements anti-inflammatoires ; -inflammation modérée : vitesse de sédimentation des globules rouges Dans les phases initiales de la maladie, le diagnostic de la spondylarthrite ankylosante est particulièrement difficile.Pour cette raison, le rôle de certains facteurs a été étudié afin de prévoir l’évolution de la maladie sur le long terme.La symptomatologie est spécifique et la maladie cyclique.Avec le temps, les articulations se déforment et se dégradent provoquant un enraidissement progressif par ossification des ligaments et tendons, appelé ankylose.Ceci indique qu'il existe une prédisposition génétique envers ce type d'arthropathie qui toucherait de 0,5 à 2 pour 1000 individus.Elle touche essentiellement le squelette axial (la colonne vertébrale), mais également les articulations dites périphériques, c'est-à-dire les membres.Dans certains cas, cette régression est incomplète : l’inflammation persiste après la poussée.La maladie débute habituellement chez un individu âgé de 20 à 30 ans. La présence de cet antigène HLA B27 n'a pas d'influence sur la sévérité de la maladie.Il est à noter qu’il n’y a pas de corrélation entre la douleur ressentie par le patient et l’évolution vers l’ankylose.Certaines personnes ne subiront qu’une atteinte articulaire faible quand d’autres subiront une forte gêne.Enfin, la spondylarthrite ankylosante peut également évoluer par poussées sur un fond permanent d’inflammation.


ageprayer      
Il est présent dans 90 % des cas de spondylarthrite ankylosante au lieu de 6 à 8 % de la population.