Obesity in usa statistics 2012

Dans la grande majorité des États membres, la croissance du produit intérieur brut (PIB) à prix constants entre 2002 et 2012 a été plus rapide que l’augmentation du transport intérieur de passagers (voir le tableau 2).Il y a lieu de signaler que, certaines années, le niveau du transport intérieur de passagers et/ou le niveau du PIB ont diminué (par exemple en 2009, au plus fort de la crise économique et financière).L’ancienne République yougoslave de Macédoine et la Suisse ont également enregistré une baisse (de respectivement 3,5 points et 2,4 points).Dans l’ensemble des États membres de l’Union, le rapport entre la croissance économique et le volume du transport intérieur de passagers a considérablement varié.Le rythme d’évolution du PIB et celui du transport intérieur de passagers étaient presque identiques en Islande et en Suisse, alors que le transport intérieur de passagers a augmenté plus rapidement que le PIB dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine.En revanche, dans sept États membres, le volume du transport intérieur de passagers a augmenté plus rapidement que le PIB, la différence entre le taux de croissance du transport intérieur de passagers et celui du PIB étant dans trois cas supérieure à 10 % en 2012, à savoir à Chypre (12,6 %), en Pologne (15,3 %) et en Grèce (29,8 %) — les chiffres pour ce dernier pays sont influencés par le fort ralentissement de l’activité économique à la suite de la crise économique et financière.Une hausse considérable a également été observée en Turquie. Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Principaux tableaux et Base de données. Il présente des informations sur différents modes de transport de passagers, tels que le transport routier, ferroviaire, aérien et maritime.Parmi ceux-ci, le principal mode de transport de passagers est la voiture particulière, en raison d’un désir de mobilité et de flexibilité accrues.

Les voitures particulières ont représenté 83,3 % du transport intérieur de passagers dans l’UE-28 en 2012, les autocars, les autobus et les trolleybus (9,2 %) et les trains (7,4 %) représentant chacun moins d’un dixième du trafic, mesuré par le nombre de passagers-kilomètres (pkm) intérieurs parcourus par mode (voir le tableau 1).À l’inverse, l’importance relative de la voiture comme mode de transport intérieur de passagers a diminué dans huit des États membres de l’UE-15.L’évolution du PIB à prix constants a été 44,3 % plus rapide que celle du transport intérieur de passagers en Slovaquie, tandis que la différence était supérieure à 30 % en Lettonie et en République tchèque.Les diminutions les plus marquées dans ce domaine entre 2002 et 2012 ont été enregistrées en Italie (où la part de la voiture dans le transport intérieur de passagers a diminué de 4,4 points de pourcentage), au Luxembourg (-2,7 points de pourcentage) et au Royaume-Uni (-2,4 points de pourcentage), tandis que l’importance relative de la voiture a également diminué dans trois des plus grands États membres de l’Union (l’Allemagne, l’Espagne et la France).Cependant, les effets de la crise économique et financière mondiale ont ralenti l’activité économique mais, en 2009, l’indice du transport intérieur de passagers par rapport au PIB avait presque retrouvé son niveau de 2000, avant de chuter à nouveau jusqu’en 2012, pour atteindre un taux environ 5,9 % inférieur à celui de 2000.


bluehog222      
Entre 2000 et 2007, le PIB à prix constants a progressé 7,9 % plus rapidement que le taux de croissance du transport intérieur de passagers dans l’UE-28.