Polyarthrite rhumatoide cordes vocales guéri

C’est ce que montre une équipe Inserm qui a soumis des enfants à une cure d’apprentissage musical ou d’art plastique pendant six mois.La dyslexie d'enfants corrigée par des séances de musique en rythme La musique pourrait aider votre enfant à venir à bout de sa dyslexie.« Le rythme semble réguler l’activité oscillatoire cérébrale qui est nécessaire au traitement du langage et à la reconnaissance des sons », confirme Daniele Schön (unité 1106 Inserm/université Aix-Marseille, Institut de neurosciences des systèmes), coauteur de ces travaux.La lumière augmenterait l'action des antidépresseurs Les chercheurs font état de leurs conclusions.Les résultats sont très en faveur de la musique, sous réserve qu’elle implique du rythme. Tout est parti de travaux antérieurs montrant que le traitement de la musique et du langage (impliquant le discernement des sons), s’effectue dans les mêmes zones du cerveau, en particulier les aires temporales et l’aire dite de Broca.La principale documentation scientifique sur son action concerne la dépression saisonnière (Seasonal affective disorder, ou SAD).La luminothérapie est aujourd'hui reconnue comme étant une thérapie médicale reconnue pour en combattre ses symptômes.Une équipe de chercheurs canadiens a découvert que la luminothérapie, utilisée seule ou en association avec des antidépresseurs, se révélait efficace chez des adultes souffrant de dépression majeure et non saisonnière (Major depressive disorder, ou MDD).Ils y indiquent que la combinaison des deux traitements, luminothérapie et antidépresseurs, ou bien la luminothérapie seule se révélait plus efficace que l'utilisation du placebo. L'hypothèse la plus vraisemblable est celle de la resynchronisation du rythme circadien (régulant de nombreuses fonctions dans l'organisme, dont le rythme éveil-sommeil) intervenant dans la dépression saisonnière et qui pourrait également s'appliquer aux patients atteints de MDD, souligne l'équipe.


phildog55      
Les enfants auraient par exemple du mal à différencier un BA d’un PA, et seraient donc incapables de restituer deux sons différents à la lecture, laissant croire à une incapacité à reconnaître les lettres.